Faire un semi-marathon à Washington DC

Partage cet article !

Si tes rêves ne te font pas peur c’est qu’ils ne sont pas assez grands.  Tweet This!

Et c’est un peu ce moteur dans la vie qui me pousse à me dépasser chaque jour. Alors pour certains, un semi-marathon ce n’est peut-être pas grand chose. Mais se fixer des challenges c’est déjà un grand pas. Je me fatigue parfois, car j’aimerai aller dans tous les sens, voyager dans le monde entier et faire des choses folles. Mais cette année, l’objectif était de taille :

Courir 21km dans la capitale des Etats-Unis : Washington DC.

Etape 1 : Inscription et Préparation

C’est en octobre que tout se décide. L’inscription coutera 100 dollars par personne pour le dossard du semi-marathon. Ca y’est, ce n’est désormais plus possible de revenir en arrière ! Après avoir reçu la confirmation (c’est bien beau de cliquer sur un site internet), il est l’heure de préparer un programme d’entrainement.

Pour toute inscription pour 2018, il y a de quoi faire d’ailleurs : cliquez ici. (je ne vise personne @andycurly @elodielepape @ouramdream toujours motivées pour celui de Chicago :-p)

Capture d_écran 2017-03-26 à 11.51.52

Revenons à nos moutons, la phase préparation reste donc la moins drôle du challenge. J’avais déjà couru plusieurs courses de 10km en France, mais mes entrainements ne dépassaient jamais cette distance. Alors heureusement, accompagnée de mon coach chéri Binouz (pas la bière non) j’ai réussi à dépasser mes limites (ok je me suis plaint pendant 2 mois mais au final je le remercie et c’est ce qui compte non :))

L’exercice s’est révélé d’autant plus difficile que nous vivons au Canada et que notre entrainement devait se faire dans la période hivernale soit entre Janvier et Mars. Super ! Trop intelligente la fille elle va s’entrainer sous -25 degrés. Donc la plus part de nos séances de fractionnés se faisaient sur un tapis au « GYM » et les sorties longues quand c’était possible, dans les parcs enneigés de la ville. Cela m’a valu quelques gamelles, des oreilles congelées, une motivation parfois dans les chaussettes. Bref, pas du tout une partie de plaisir. Surtout quand à un mois du marathon, vous n’arrivez pas à dépasser 15km en entrainement et que votre téléphone qui contient la musique pour vous motiver s’éteint à cause du froid !

Capture d_écran 2017-03-26 à 11.56.23

Etape 2 : En route vers DC et stress d’avant course

Nous décidons de faire le trajet à partir de Montréal en voiture. (cela revenait 5 fois moins cher que de prendre un vol et une navette depuis l’aéroport. Et puis les road trips on adore ça :)) 10h de route pour atteindre la capitale des States. Mais nous prévoyons le coup en arrivant 2 jours avant le marathon. Un petit périple de 5 jours qui en plus de se challenger nous fera voyager. C’était la deuxième fois que nous nous rendions à DC et nous avions déjà adoré la ville la première fois. Propre, calme, verte, classe…rien de mieux pour courir au milieu des monuments historiques de la ville. On partage la route en deux, 5h chacun et on arrive dans notre Airbnb qui se trouve dans le quartier d’Adams Morgan (au nord de la ville, c’est d’ailleurs une super adresse si vous souhaitez partir en visite à DC).

DSC08767

DSC08705

Difficile de profiter de la ville le premier jour car nous sommes assez fatigués du trajet. Nous récupérons notre dossard le deuxième jour et l’excitation commence à se faire sentir. On ose pas trop marcher et arpenter les rues de la ville, de peur de s’épuiser pour la course. Quelques stops en voiture feront l’affaire. On annonce la veille de la course un froid terrible sur la ville. Pas top, mais heureusement pour nous, nous étions équipés grâce à nos nombreux entrainements dans la neige.

DSC08606
Martin Luther King Memorial
DSC08608
Martin Luther King Statue
DSC08787
Chinatown de DC
DSC08798
Capitol de DC
DSC08803

Vue sur le Capitol

DSC08853

Etape 3 : THE RUNNING

On se couche tôt, le réveil est mis, le départ se fera à 8h30 près du Washington Mall (arrêt de métro Federal Triangle). Nous sommes chanceux car les métros fonctionnent à partir de 7h le Dimanche (too bad pour les coureurs du marathon qui commençaient à 7h :() Le dossard est attaché, les affaires placées dans les consignes, la musique résonne et malgré le froid, les soutiens sont nombreux. Certains portent des sacs poubelles pour éviter les consignes et tout jeter avant le départ. Nous avons l’air d’amateurs mais nous sommes là et c’est l’essentiel 🙂 Nous n’étions pas dans le même bassin de départ avec mon chéri mais nous décidons de partir en ensemble c’est plus fun. 3,2,1…let’s go ! Le parcours est magique, de nombreuses pancartes m’ont fait sourire, et l’adrénaline m’a porté jusqu’à la ligne d’arrivée.

"Ryan Gosling is waiting for you at the Finish Line"

"Half Marathon Today Netflix Marathon Tomorrow "

"If Trump can run and win so can you"

"You can pee a little, but not poo"

"Don't worry i called Russia you'll win"

"You're running better than our Government"

Photo-Mar-11-11-11-36-AM

Photo-Mar-11-11-14-29-AM

running-dc

Etape 4 : Et après ?

Après avoir couru ces 13,1 miles c’est l’émotion. Je suis au bord des larmes et émue d’avoir pu réaliser ce rêve dans un pays que j’adore et une ville chargée d’histoire. On en profite pour faire quelques photos. Savourer la victoire après 2h de course et 1h53 pour mon chéri. On gardera non seulement la médaille mais le souvenir de ce jour dans nos mémoires à jamais.

Le prochain c’est pour quand ?

Partage cet article !

4 commentaires sur “Faire un semi-marathon à Washington DC

  1. Trop top ! « Ryan Gosling is waiting for you at the Finish Line » : je comprends mieux pourquoi autant de motivation :p
    Il faut que je m’en choisisse un de semi, tu m’as trop donné envie 😉

Laisser un commentaire